100 ans d’histoire de Pro Infirmis : rétrospective

En 100 ans, Pro Infirmis est passée d'une organisation faîtière regroupant une dizaine d'institutions membres, chacune spécialisée dans son propre domaine, à la plus grande organisation spécialisée pour les personnes ayant une déficience physique, intellectuelle, psychique ou sensorielle de Suisse. Par le biais de ses directions cantonales et de ses services de consultation, elle est aujourd’hui présente dans toutes les régions du pays. L'histoire de Pro Infirmis est intimement liée à celle de l'évolution de l’action sociale en Suisse au cours du 20ème siècle. Elle en est à la fois un reflet et en constitue un moteur. Depuis 1920, l'Association joue un rôle de pionnière dans nombre de développements qui ont marqué la politique du handicap du pays.


De la mise en exergue de la déficience à la visibilisation et à la reconnaissance des personnes en situation de handicap en tant que personnes autodéterminées, plus d’un siècle s’est écoulé. Parallèlement, l'évolution du vocabulaire du handicap a parcouru peu ou prou le même chemin ; entre 1920 et 2020, la remise en question progressive de ce qui est considéré comme étant la norme ainsi que la vision d'une société inclusive dans laquelle chaque individu a sa place à part entière ont notamment eu pour conséquences l’abandon du terme « anormal » et son remplacement par celui de « personne en situation de handicap ». L'histoire de Pro Infirmis témoigne de cette transformation du regard et de la pensée, qui s’est faite tantôt de manière subtile, tantôt par grandes étapes.

1920 - 1939: Année de fondation et entre-deux-guerres

Galerie d'images

1920

Fondation de Pro Infirmis

1923

Obtention de la première subvention fédérale

Une première subvention fédérale de 15'000 CHF est accordée à l'ASFA en 1923. Elle fait suite, notamment, au travail d'une commission d'experts mise en place par le Conseil fédéral, à laquelle l'ASFA fournit les informations nécessaires au processus de prise de décisions, ainsi qu'au dépôt d'une motion au Conseil des Etats demandant le versement d'un soutien financier aux institutions, à la formation des personnes en situation de handicap et aux associations de bienfaisance.

Le montant des subventions fédérales augmentera progressivement au fil des années et Pro Infirmis restera, de sa fondation jusqu'à la création de l'assurance-invalidité en 1960, la principale responsable de la répartition des subventions fédérales à l'ensemble des organismes d'aide aux personnes en situation de handicap.

1925: Insertion de deux articles dans la Constitution prévoyant l’instauration d’une assurance-vieillesse, survivants et invalidité

Le 6 décembre 1925, le peuple adopte par votation populaire l’insertion d'un article 34quater et d'un article 41ter dans la Constitution fédérale. Il attribue ainsi à la Confédération un mandat constitutionnel qui prévoit l’instauration d’une assurance-vieillesse, survivants et invalidité. La première loi qui devait concrétiser ce mandat (ladite « lex Schulthess ») ne considèrera que l’AVS, négligeant l’assurance-invalidité. Elle échouera devant le peuple en 1931. Il faudra attendre 1948 pour l'entrée en vigueur de l'AVS et 1960 pour que l'assurance-invalidité voie le jour.

Années 1930

Discours préventif

1933

Ouverture du secrétariat tessinois

En juillet 1933, le secrétariat tessinois de Pro Infirmis ouvre ses portes à Lugano.

1934

Première vente de cartes

Dans les années 1930, afin de pallier à la stagnation des subventions fédérales et à une misère croissante parmi les franges vulnérables de la population, les organisations de bienfaisance s'orientent vers la collecte de fonds privés. En 1934 a lieu la première vente de cartes de Pro Infirmis. L’Association renonce à une vente par colportage et envoie par la poste à tous les ménages du Canton de Zurich une série de cartes illustrées, accompagnée d’un texte explicatif appelant les gens à verser une somme en contrepartie. Cette action connaît un grand succès et est étendue à dix autres cantons au cours de la même année.

1935

Année de changements structurels pour l'ASFA

1939 - 1950: Seconde Guerre mondiale et après-guerre

Galerie d'images

Vers 1939

Nouvel emblème réalisé par Alois Carigiet

L'artiste Alois Carigiet (1902-1985) réalise un nouvel emblème pour l’Association. Il sera utilisé pendant de nombreuses années. Le handicap y est représenté de manière symbolique par une fleur à tige cassée soutenue par une main secourable.

1939

Pro Infirmis à l'Exposition nationale

1940: Obtention du label de qualité ZEWO

Au début des années 1930, la collecte de dons privés, notamment en faveur des personnes en situation de handicap, fait l'objet de divers abus. Pro Infirmis en fait également les frais. C'est dans ce contexte que, sous l'impulsion de Pro Infirmis notamment, la Société suisse d'utilité publique (SSUP) met en place, en 1936, le « Bureau de renseignements pour œuvres de bienfaisance » (aujourd'hui la Fondation ZEWO). Ce dernier audite et contrôle régulièrement les organisations qu'il certifie pour assurer que les dons privés effectués arrivent en bonnes mains.

En 1940, Pro Infirmis est reconnue comme œuvre d’utilité publique par la Fondation ZEWO délivrant le label de qualité pour les organisations d’utilité publique collectant des dons. Elle est la 5ème organisation à obtenir cette certification en Suisse. En 2020, selon le site internet de la Fondation ZEWO, près de 500 organisations portent le label de qualité.

1942

Parution du premier numéro de la revue de Pro Infirmis

En 1942, paraît pour la première fois la revue de Pro Infirmis. Conçue comme une publication spécialisée, elle sera éditée une fois par mois jusque dans les années 70. Par la suite, elle paraîtra en moyenne cinq fois par an avant d’être définitivement supprimée en 1999.    

Dans son premier numéro, la revue de Pro Infirmis fait l'apologie de la liberté, du droit et de l'humanité et s’oppose à la politique d’élimination des « vies sans valeur » menée par le troisième Reich. Dans les numéros suivants, la politique hitlérienne continuera à être explicitement dénoncée.

1944

Nouvel emblème réalisé par Donald Brun

Un nouvel emblème est réalisé par Donald Brun (1909-1999), un graphiste et illustrateur suisse connu pour ses affiches publicitaires. Son visuel avec l'aile enchaînée sera utilisé par Pro Infirmis durant près de 36 ans. Comme dans celui de Alois Carigiet, le handicap y est représenté de manière symbolique.

1945

Fin de la guerre

Dès la fin de la guerre, Pro Infirmis soumet au Département fédéral de l'intérieur et aux cantons de nouvelles requêtes pour l'augmentation des subventions. Alors que la Confédération n’y répond que partiellement, les cantons ont la possibilité de satisfaire plus généreusement à la demande en libérant les moyens mis de côté pour pallier au chômage attendu pour la période d'après-guerre.

Dix ans après l'ouverture des premiers services sociaux, l'Association en compte douze au total en 1945. Le travail de coordination augmente considérablement pour Pro Infirmis. En outre, l'Association s'occupe du placement en institution d'enfants français et belges, blessés durant la guerre et venant en Suisse par le biais de la Croix Rouge. Par conséquent, le secrétariat central doit être agrandi et Pro Infirmis se met en quête de nouveaux locaux. En 1952, le secrétariat central sera déplacé de la Kantonsschulstrasse 1 à la Hohenbühlstrasse 15, dans une propriété de la Ville de Zurich.

1950 - 1980: Nouvel essor

Galerie d'images

1950

Introduction des actions de parrainages

Afin de cofinancer les mesures médicales, curatives ou professionnelles individuelles, Pro Infirmis inaugure les campagnes dites de « parrainage ». Suivant le principe établi à l'époque, le rôle des parrains et marraines pouvait être à la fois d’apporter une aide financière et de servir, dans certains cas, de personne de contact et de compagnie pour une personne en particulier. Les parrainages de Pro Infirmis existent aujourd’hui encore dans une forme actualisée et constituent l’une des nombreuses ressources mobilisées par l’Association pour la récolte de fonds.

1951

Fondation de la FSIH

Sur la base des résultats d'un groupe de travail de Pro Infirmis, la Fédération suisse pour l’intégration des handicapés (FSIH) est fondée en 1951. La FSIH joue le rôle d'organisation faîtière des autorités et des organisations de défense des personnes en situation de handicap. Elle se mobilise en particulier pour l’insertion professionnelle de ces dernières.

Dans les années 2000, le champ d'action de la FSIH sera étendu et sa portée politique renforcée. La Fédération se présentera dès 2014 en tant qu'association faîtière des organisations de droit public et privé du domaine du handicap et prendra le nom d’Inclusion Handicap. Elle s'emploie aujourd’hui à promouvoir l'égalité des droits et des chances aux niveaux de la formation scolaire et professionnelle, du travail ainsi qu'au sein de la société en général. Pro Infirmis est membre d'Inclusion Handicap et est représentée dans son comité.

1960: Entrée en vigueur de la Loi fédérale sur l'assurance-invalidité

Au cours des années 50, dans le cadre des travaux préparatoires pour la création de l'assurance-invalidité (AI), l'Office fédéral des assurances sociales fait appel à l'expertise de Pro Infirmis. L'Association soumet à la Confédération une prise de position officielle sur la question et siège dans les commissions chargées de l'élaboration de l'AI. Afin de coordonner le travail des différentes organisation faîtières d'aide et d'entraide actives dans divers secteurs du handicap et de débattre de leurs positions politiques communes, la Conférence des organisations faîtières de l'aide privée aux handicapés (DOK) est créée en 1957. C'est la FSIH qui en assure le secrétariat. Au moment où la FSIH deviendra Inclusion handicap, la DOK sera dissoute et son rôle en partie repris par cette dernière.

La Loi fédérale sur l’assurance-invalidité (LAI) entre en vigueur le 1er janvier 1960. Elle règle, pour l'ensemble de la Suisse, la reconnaissance et le subventionnement des institutions privées, semi-publiques ou cantonales destinées aux personnes en situation de handicap sur le plan physique ou psychique. Son principal but est la (ré)intégration des personnes assurées dans la vie active et le versement d’une rente (partielle) si la personne assurée est en incapacité (partielle) de gain. Par l’entrée en vigueur de cette loi, un pont est jeté entre l’assistance privée et l'assistance publique et les organisations privées, telles que Pro Infirmis, sont en partie déchargées financièrement. Le rôle de Pro Infirmis va, par conséquent, évoluer ; l'aide aux personnes en situation de handicap passe peu à peu d’une aide essentiellement matérielle à une prépondérance du soutien psycho-social. Par ailleurs, le travail social est de moins en moins vu comme une démarche asymétrique d’adaptation d’une personne aux conditions sociales mais comme un processus réciproque d’intégration entre un individu (ou un groupe d’individus) et la société.

Depuis la création de l'assurance-invalidité en 1960, Pro Infirmis ne cessera d'influencer son évolution et d'évaluer les effets de ses révisions.

1966

Entrée en vigueur de la Loi fédérale sur les prestations complémentaires

En 1966, entre en vigueur la Loi fédérale sur les prestations complémentaires à l’AVS et à l’AI (LPC). Sur proposition du Département fédéral de l'intérieur, Pro Infirmis est dotée de subventions pour financer des prestations d’aide aux personnes en situation de handicap (PAH).

1970

Pro Infirmis a 50 ans

1975: Adoption par l'ONU de la Résolution n° 3447

L’Assemblée générale des Nations Unies adopte la Déclaration des droits des personnes handicapées (résolution n°3447). Elle s'appuie sur la Déclaration universelle des droits de l'homme de 1948 et proclame, notamment, que la personne en situation de handicap « a les mêmes droits civils et politiques que les autres êtres humains » et « a droit aux mesures destinées à lui permettre d'acquérir la plus large autonomie possible ».  La Déclaration sera complétée par la Convention de l'ONU relative aux droits des personnes handicapées en 2006, ratifiée par la Suisse en 2014.

1978

ASKIO devient membre de Pro Infirmis

ASKIO, organisation faîtière regroupant près de 40 organisations d'entraide pour les intérêts des personnes en situation de handicap (aujourd'hui AGILE), devient membre de Pro Infirmis et le restera jusqu'à la fin des années 1990. Cette étape constitue un signal fort pour une volonté de coopération directe et accrue entre Pro Infirmis et les personnes concernées.

Lorsque ASKIO devient membre de Pro Infirmis en 1978, l'ancienne Association suisse des invalides (aujourd'hui Procap) renonce à son statut de membre de ASKIO afin de marquer la distinction entre les organisations d'assistance et l'entraide.

1980 - 2000: Vers un changement de paradigme

Galerie d'images

Dès 1980

Pas à pas vers l'inclusion, l'autonomie et l'autodétermination

1981: Année internationale des personnes handicapées

1981 est déclarée « Année internationale des personnes handicapées » par l'ONU. Elle est placée sous le thème de la pleine participation et de l'égalité. Les défis majeurs dans le domaine du handicap sont mis en avant et débattus sur le plan international ainsi qu’au niveau national.

Pro Infirmis prend une part active au programme, notamment en s’impliquant dans le comité d’action suisse, le COP 81. Les débats lancés par le comité suisse tournent, entre autres, autour d’une définition du handicap qui place la personne, et non le handicap, au centre. Le droit à l’autodétermination et à l’expression des personnes concernées sont également soulignés et discutés.

De nombreuses émissions de radio et de télévision, des articles de journaux ainsi que du matériel d’information sont produits tout au long de l’année 1981 dans une volonté de faire avancer l’égalité des chances. Pro Infirmis initie et participe également à différents évènements tels que la conférence « Les personnes handicapées avec nous : entente et solidarité », organisée conjointement par Pro Infirmis et le Forum Davos, fondation créée en 1972 par la Région Davos. L'évènement comprend exposés et groupes de travail et conclut sur la nécessité de définir plus clairement la situation financière des personnes en situation de handicap et de traiter de la question de leur accès au marché de l’emploi. Ces thématiques seront approfondies dans une étude publiée l'année suivante et discutée au Forum Davos lors d'une nouvelle conférence, en septembre 1982.

1981

Nouveaux statuts, nouvel emblème

En cette Année internationale des personnes handicapées, Pro Infirmis se dote d’un nouvel emblème et de nouveaux statuts (pour la 5ème fois depuis 1920). Sont inscrits dans les statuts, la collaboration avec les personnes en situation de handicap pour atteindre les buts fixés par l’Association ainsi que le siège de personnes concernées dans les différents organes de Pro Infirmis. Le nouvel emblème, quant à lui, est fondé sur une devise plaçant l’être humain « au centre des préoccupations et des activités » de Pro Infirmis. Il remplace l’image de l’aile enchaînée datant des années 1940, de plus en plus critiquée pour sa symbolique. Selon le rapport annuel de 1981, le nouvel emblème doit rappeler au public et à l'Association elle-même l’importance de reconnaître aux personnes en situation de handicap le statut de membre à part entière de la société.

2000 - 2020: Nouveau millénaire

Galerie d'images

Dès 2000

Développement de nouvelles compétences

Pro Infirmis ne cesse d'étoffer ses activités et ses prestations. En 2004, l'Association étend la consultation sociale et en 2006 la prestation « Accompagnement à domicile » aux personnes en situation de handicap par suite de troubles psychiques. Jusqu’ici, la prise en charge de ces personnes relevait de la compétence de la politique de la santé des cantons par le biais de leurs institutions et services.

Depuis lors, d’autres prestations de Pro Infirmis ont vu le jour : la mesure de l’efficacité de la consultation sociale, le conseil en ligne permettant une consultation anonyme, les services d’aide à l’autoreprésentation ainsi que des bureaux de traduction en langage simplifié à Zurich, à Fribourg et au Tessin, notamment.

2000: Entrée en vigueur de la nouvelle Constitution

Depuis l'an 2000, l’égalité de même que l’interdiction de discrimination des personnes en situation de handicap sont ancrées dans la Constitution fédérale. En effet, le 1er janvier 2000, après une révision totale, entre en vigueur la version actuelle de la Constitution qui comprend, à l'article 8 alinéa 2, une interdiction de la discrimination sur la base d'un handicap. La loi prévoit, de plus, des mesures pour l'élimination des inégalités touchant les personnes en situation de handicap (article 8 alinéa 4). Par ces dispositions, la Constitution charge la Confédération et les cantons de faire avancer l'égalité et la participation des personnes en situation de handicap.

Dès 2001

Des campagnes des sensibilisation fortes pour une nouvelle image du handicap

2003

Initiative populaire « Droits égaux pour les personnes handicapées »

De concert avec d’autres organisations, Pro Infirmis soutient l’initiative populaire « Droits égaux pour les personnes handicapées ». Bien que l’initiative soit rejetée par le peuple en 2003, la couverture médiatique de la thématique pendant des mois peut être considérée comme un succès. Grâce aux débats autour de l’initiative, auxquels Pro Infirmis participe activement, des améliorations sont apportées à la Loi sur l’égalité pour les personnes en situation de handicap qui entrera en vigueur en 2004.

2004

Entrée en vigueur de la Loi sur l’égalité pour les handicapés

Le 1er janvier 2004, la Loi fédérale sur l’élimination des inégalités frappant les personnes handicapées (Loi sur l’égalité pour les handicapés ; LHand) entre en vigueur. La Lhand doit concrétiser le mandat constitutionnel de faire avancer l'égalité et la participation des personnes en situation de handicap (article 8 Cst.). Elle fixe comme but la prévention, la réduction et l'élimination des inégalités et crée des conditions propres à faciliter aux personnes en situation de handicap la participation à la vie de la société, notamment en étant autonomes dans l'établissement de contacts sociaux, en accomplissant une formation ou en exerçant une profession (article 1 Lhand). La Lhand charge, de plus, la Confédération et les cantons de prendre d'autres mesures servant l’élimination des inégalités frappant les personnes en situation de handicap (article 5 Lhand).

2014: Ratification de la Convention relative aux droits des personnes handicapées

En 2014, la Suisse ratifie la Convention de l’ONU relative aux droits des personnes handicapées (CDPH). La CDPH vise à promouvoir, protéger et assurer la pleine et égale jouissance des droits et libertés fondamentales et la participation active des personnes en situation de handicap à la vie politique, économique, sociale et culturelle. La Convention précise certaines garanties en matière de droits humains pour les personnes en situation de handicap qui sont déjà contraignantes pour la Suisse : le respect de la dignité et de l'autonomie des personnes, la non-discrimination, la participation à la société, l'égalité des chances et l'accessibilité. En ce sens, la ratification de la Convention contribue à faire avancer et renforcer la mise en œuvre concrète de mesures éliminant les inégalités frappant les personnes en situation de handicap en Suisse.

Pour Pro Infirmis, activement impliquée dans son processus de ratification, la CDPH constitue une priorité et une base stratégique pour le développement du droit suisse en matière d'égalité et de lutte contre la discrimination ainsi que pour une politique du handicap qui soit cohérente au niveau national. Pro Infirmis s’engage aujourd’hui pour l'application de cette Convention, qui comprend des revendications formulées depuis longtemps par l’Association.

2020

Pro Infirmis a 100 ans

En 2020, Pro Infirmis fête son centenaire. Les festivités sont placées sous la devise « L’avenir ne connaît pas d’obstacles ». Par des manifestations et des actions tout au long de l'année, Pro Infirmis et des personnes en situation de handicap montrent ce que signifie l'inclusion et la participation au quotidien. Car les personnes en situation de handicap font tout naturellement partie de la société mais sont encore trop peu visibles dans différents lieux importants de Suisse. Le programme comprend notamment un blog vidéo réalisé par des personnes en situation de handicap, un festival sur le sujet de la particiation politiqe intitulé politinklusiv, un évènement de rencontre sur la Place fédérale ainsi que des activités surprises dans toutes les régions de Suisse.

pied de page

monter